• Lièvre dans un plat en terre cuite

    Les plats en terre cuite des Mohawks sont célèbres à travers la Nouvelle-France parce qu’ils résistent à de très hautes températures. Ils y ont déjà sûrement cuisiné du lièvre accompagné de topinambour.

  • Tagliatelles à la courge

    Si les pâtes à l’italienne étaient absentes en Amérique du Nord à l’époque, la courge a longtemps été un aliment incontournable, à la base, avec le maïs, de la diète de toutes les nations sédimentaires du Québec et de l’Ontario.

  • Saumon fumé et galettes de sarrasin

    Le saumon fumé fait partie de la cuisine des Premières Nations depuis des siècles. Voici une façon originale de la présenter, étalé sur des galettes de sarrasin et nappé de crème sure.

  • Soupe de topinambours

    Le topinambour, plante à racine consommée par certaines nations amérindiennes, a permis aux premiers colons d’éviter la famine. Champlain en aurait rapporté en France, au roi Henri IV.

Recettes

Catégorie:

Plats principaux

Écrevisses

Écrevisses

Les écrevisses, ces petits homards d’eau douce, sont présentes dans nos lacs et nos rivières depuis des milliers d’années. Elles ne constituaient probablement jamais le mets principal d’un repas autochtones, mais elles étaient volontiers ajoutées à un bon bouillon de poisson.
Voir la fiche +

Soupe de courge

Soupe de courge

La courge, qui était cultivée par les femmes autochtones bien avant l’arrivée des Européens, est l’une des trois sœurs de la tradition iroquoienne. Son nom anglais, squash, proviendrait du mot squantersquash, le nom que donnaient certaines nations amérindiennes à la courge.
Voir la fiche +

Jerky de cerf

Jerky de cerf

Le jerky, ou pashteuiatsh, était pour les Premières Nations une façon efficace de conserver la viande pendant plusieurs semaines et ainsi s’assurer un apport continu en protéines. On l’utilisait pour assaisonner ou on le mélangeait à du gras animal et des petits fruits pour faire le pemmican.
Voir la fiche +

Cari de citrouille

Cari de citrouille

Les courges Hubbard sont depuis des siècles cultivées par les Autochtones, qui les ont fait découvrir aux Européens. Les colons l’ont rapidement adoptée et ajoutée à leur alimentation. Si la courge était très connue par les Premières Nations à cette époque, en Europe, on ne connaissait que la gourde.
Voir la fiche +

Achigan cuit dans la glaise

Achigan cuit dans la glaise

La cuisson dans la glaise a été largement pratiquée par les Premières Nations. Efficace pour cuire les aliments sans les brûler, elle permet aussi d’éviter le plumage des oiseaux ou l’écaillage des poissons. Le tout se fait naturellement lorsque l’on casse la terre devenue dure, à laquelle les écailles et les plumes restent collées.
Voir la fiche +

Beignets de carottes et courgettes

Beignets de carottes et courgettes

Plusieurs plats autochtones sont constitués de pâte et de petits fruits. Voici une variante avec les courgettes, les courges faisant depuis toujours partie de l’alimentation des Premières Nations. La citrouille, cucurbita pepo, est originaire du Mexique. La courgette, plus récente, est une variété de cucurbita pepo récoltée prématurément.
Voir la fiche +

Soupe de petits poissons des chenaux

Soupe de petits poissons des chenaux

Bien connu sous le nom de « petit poisson des chenaux », le poulamon, un mot qui serait d’origine micmaque, est pêché par les Premières Nations depuis des siècles. Même s’il s’en pêche aujourd’hui une quantité phénoménale chaque hiver dans la rivière Sainte-Anne, cela ne représente qu’environ 1 % de la ressource.
Voir la fiche +

Soupe de haricots secs

Soupe de haricots secs

Des fouilles archéologiques ont permis de découvrir que l’on cultive des haricots en Amérique depuis au moins 7 000 ans. Originaires du Sud, tout comme le maïs, les haricots ont tranquillement fait leur chemin vers le Nord pour devenir un incontournable de l’agriculture des Premières Nations du Québec.
Voir la fiche +

Fèves dans le sirop

Fèves dans le sirop

Les Abanéquis, originaires de la Nouvelle-Angleterre, avaient l’habitude de cuire leurs haricots dans l’eau d’érable pour leur donner un petit goût sucré. Lorsque les cuisiniers des bateaux faisant escale à Boston le remarquèrent, ils remplacèrent la sève par la mélasse. Voilà l’origine des fèves au lard!
Voir la fiche +

Saumon cuit au sel

Saumon cuit au sel

Le saumon est sans contredit un incontournable de l’alimentation autochtone. On le faisait griller sur le feu ou on le préparait en bouillon, mais souvent, il était séché et fumé de manière à être conservé plus longtemps. Le sel est surtout venu avec les Européens. Auparavant, les Autochtones utilisaient des plantes comme la salicorne pour obtenir un goût salé.
Voir la fiche +

Sagamité de canard confit

Sagamité de canard confit

Plusieurs nations autochtones préparaient déjà du confit il y a des centaines d’années. Pour pouvoir conserver la viande plus longtemps, une chose essentielle pour eux, ils la faisaient cuire très lentement dans du gras animal, notamment du gras de raton laveur.
Voir la fiche +

Salade de pissenlit

Salade de pissenlit

Si vous grognez en voyant votre pelouse envahie par les pissenlits, dites-vous que c’était tout le contraire pour les Premières Nations. Au printemps, les feuilles de pissenlits procuraient aux Autochtones des vitamines et des minéraux dont ils avaient bien besoin après la saison morte.
Voir la fiche +

Saucisses fumées et condiment de pissenlit

Saucisses fumées et condiment de pissenlit

De la viande de gibier, des pissenlits, du sirop d’érable, voilà qui est tout à fait dans la lignée de l’alimentation traditionnelle des Premières Nations. Les œufs aussi d’ailleurs. Cependant, au lieu de manger des œufs de poules, les Autochtones, notamment les enfants, ramassaient les œufs d’oiseaux sauvages comme les oies ou les canards.
Voir la fiche +

Perdrix farcies à l’œuf

Perdrix farcies à l’œuf

Les perdrix sont depuis longtemps au menu des Premières Nations. D’ailleurs, le nom de la réserve mohawk d’Akwesasne signifie « là où vrombit la perdrix ». Selon la légende, c’est en observant les perdrix marcher sur la neige que les Autochtones auraient eu l’idée de fabriquer des raquettes.
Voir la fiche +

Pigeon et pissenlit sur pain grillé

Pigeon et pissenlit sur pain grillé

Les pigeons consommés par les Premières Nations du Québec étaient principalement des tourtes voyageuses, une espèce malheureusement éteinte depuis 1914. Même si elles étaient des milliards, les Autochtones prenaient très à cœur leur conservation. Les agriculteurs, craignant pour leurs récoltes, auront eu raison d’elles en quelques dizaines d’années seulement.
Voir la fiche +

Soupe aux pilons de dinde

Soupe aux pilons de dinde

La dinde a été domestiquée par les Autochtones d’Amérique bien avant l’arrivée des Européens. Si le dindon sauvage était presque entièrement disparu au Québec, l’espèce a été réintroduite avec succès. On retrouve de plus en plus de spécimens au sud-ouest de la province, au grand plaisir des chasseurs!
Voir la fiche +

Bedaines de saumon sur bâton

Bedaines de saumon sur bâton

Lors des déplacements des nations nomades, la cuisson d’un poisson sur un bâton près du feu était une façon simple et pratique d’apprêter les prises de la journée. Ce mode ne cuisson ne se limitait cependant pas au poisson. On pouvait très bien faire de même avec de petits gibiers.
Voir la fiche +

Salade de topinambour cru avec pétoncles

Salade de topinambour cru avec pétoncles

Les racines de topinambour, riches en inulines, font depuis fort longtemps partie de l’alimentation des Premières Nations. Les pétoncles, quant à eux, étaient ramassés par les femmes le long du rivage. À partir du mois de mars, elles n’avaient qu’à se pencher pour les prendre, ainsi que des palourdes, des crabes et des moules.
Voir la fiche +

Soupe de caribou comme un pot au feu

Soupe de caribou comme un pot au feu

Le caribou est un animal de toute première importance pour les Innus. D’ailleurs, historiquement, le statut social d’un individu était établi selon sa capacité à rapporter de la viande. Si l’été se passait le long du Saint-Laurent pour les Innus, l’hiver, ce sont les grandes migrations de caribous qui dictaient leurs déplacements.
Voir la fiche +

Soupe à la perdrix

Soupe à la perdrix

Chez les Premières Nations, les plus petits oiseaux, comme la perdrix ou les oiseaux migrateurs de plus petite taille, étaient souvent cuits à l’eau bouillante. Une mousse se formait sur le dessus, qu’on mangeait en entrée, suivie de la viande et, à la fin, du bouillon.
Voir la fiche +

Lapin

Lapin

Dans certaines nations, le petit gibier, comme le lapin, pouvait être cuit sur des pierres chaudes, parfois roulé dans la farine de maïs. Les noisettes faisaient également partie de l’alimentation des Amérindiens. Les branches du noisetier étaient même utilisées par les Hurons-Wendats pour faire des bracelets et des colliers aux vertus thérapeutiques.
Voir la fiche +

Filets de doré

Filets de doré

La pêche est très importante dans l’alimentation traditionnelle des Premières Nations. Les espèces de poissons sont nombreuses au Québec et en Ontario et on en consommait beaucoup. Le doré, ou doré jaune, porte ce nom parce qu’il a été surnommé «poisson doré» par Champlain.
Voir la fiche +

Anguilles de lac

Anguilles de lac

La pêche à l’anguille s’effectuait principalement à l’automne, de septembre à novembre. Fortes en matières grasses et en protéines, faciles à capturer et se conservant très bien par séchage et fumage, les anguilles étaient des incontournables du régime alimentaire de l’époque.
Voir la fiche +

Salade de homard

Salade de homard

Les Micmacs consommaient des fruits de mer, dont le homard, très abondant à l’époque. Cette abondance le rendait cependant impopulaire au début de la colonie. Considéré comme une nourriture «de pauvres», on s’en servait même comme engrais dans les champs. 
Voir la fiche +

Rognons à la gourgane

Rognons à la gourgane

Les gourganes, ou fèves des marais, sont venues en Amérique avec les premiers colons. Mais les rognons font partie intégrante de l’alimentation des Premières Nations. Comme l’animal se sacrifie pour le chasseur, ce dernier, en signe de reconnaissance, ne gaspille aucune partie de la bête.
Voir la fiche +

Casserole de topinambours et saucisses de gibier

Casserole de topinambours et saucisses de gibier

Le topinambour est aussi appelé «truffe du Canada». Originaire d’Amérique du Nord, le topinambour, avec ses tubercules riches en inuline, remplace avantageusement la pomme de terre. Champlain en ramena en France en rentrant de l’un de ses voyages.
Voir la fiche +

Ours mijoté à la bière

Ours mijoté à la bière

L’ours est un animal très important, non seulement dans l’alimentation des Autochtones du Québec et de l’Ontario, mais aussi dans leur mythologie. Il symbolise la force. Les chasseurs de certaines nations mettent du tabac sur son museau en offrande avant de le dépecer.
Voir la fiche +

Riz sauvage

Riz sauvage

Pour les Ojibwés, le riz sauvage est un aliment sacré. La lune d’automne est d’ailleurs pour eux la «lune du riz sauvage». Durant cette période, on en remplissait de pleins canots le jour et on festoyait le soir.
Voir la fiche +

Os à moelle

Os à moelle

Plusieurs nations autochtones mettaient les os de gibier directement dans le feu pour en faire ramollir la moelle. Quand on pouvait l’étendre sur une banique bien chaude, c’était un véritable délice!
Voir la fiche +

Brochet de printemps

Brochet de printemps

Les poissons font partie de l’alimentation traditionnelle de toutes les nations autochtones du Québec et de l’Ontario. Les crosses de fougère (ou têtes de violon) étaient récoltées au printemps. Un vrai délice après un long hiver de privations!
Voir la fiche +

Lièvre dans un plat en terre cuite

Lièvre dans un plat en terre cuite

Les plats en terre cuite des Mohawks sont célèbres à travers la Nouvelle-France parce qu’ils résistent à de très hautes températures. Ils y ont déjà sûrement cuisiné du lièvre accompagné de topinambour.
Voir la fiche +

Tagliatelles à la courge

Tagliatelles à la courge

Si les pâtes à l’italienne étaient absentes en Amérique du Nord à l’époque, la courge a longtemps été un aliment incontournable, à la base, avec le maïs, de la diète de toutes les nations sédimentaires du Québec et de l’Ontario.
Voir la fiche +

Toutes les recettes

Infolettre

Abonnez-vous à notre infolettre!

Abonnez-vous

LCR

Suivez
Pachamama sur

  • Twitter
  • Facebook
  • Youtube
  • Flickr

Découvrez notre chef invité!

   «Aux âmes bien nées, la valeur n’attend pas le nombre des années». Voilà qui s’applique parfaitement à Maksim Morin, le chef propriétaire du restaurant Le chien fumant. Il a participé comme chef invité à la série télévisée et au livre Pachamama. Il nous propose maintenant des recettes de son cru, inspirées de la cuisine autochtone.

En savoir plus

Livre

Découvrez le livre PACHAMAMA Cuisine des Premières Nations, un merveilleux voyage historique et culinaire. +

Où le trouver ?

FMC APTN TFO Sympatico - Vite une recette.ca LCR Éditions du Boréal Pimiento

Pachamama tous droits réservés © 2010-2014  |  Politique de confidentialité
Une réalisation web de Pimiento et Absolunet