Les gardiens du commerce

Nations

Les Odawas

Les gardiens du commerce

Les Odawas (ou Outaouais) auraient une origine commune avec les Ojibwés et les Pottawatomis. Ces trois groupes de la famille linguistique algonquienne se seraient séparés à Michilimackinac, où se rencontrent les lacs Huron et Michigan. Les Odawas seraient restés sur place tandis que les Ojibwés auraient pris la direction du nord-ouest, pendant que les Pottawatomis se seraient dirigés au sud. Officiellement, les Odawas sont environ 4 000 au Canada et un peu plus de 7 000 aux États-Unis. Cependant, plusieurs se sont installés dans des communautés mixtes et sont maintenant considérés comme faisant partie d’une autre nation.

À l’arrivée des Français, les Odawas sont des acteurs de premier plan au sein du grand empire huron-wendat, entretenant de bonnes relations avec leurs voisins. Ce sont les «gardiens du commerce» de la confédération des trois feux. D’ailleurs, le nom Odawas signifie «marchands». Lorsqu’ils prennent part à la traite des fourrures, cela modifie grandement leur style de vie. On chasse beaucoup plus pour les peaux que pour se nourrir. Après quelques années, la ressource se fait plus rare. Beaucoup d’Autochtones deviennent aussi tributaires des marchandises offertes par les postes de traite.

Lorsque les Iroquois chassent les Hurons-Wendats au XVIIe siècle, les Odawas doivent fuir. Lorsqu’ils reviennent sur leurs terres une vingtaine d’années après, ils s’installent sur l’île Manitoulin et les rives des Grands Lacs. Après la guerre de Sept Ans, comme leurs ennemis britanniques leur imposent des conditions injustes, le chef Pontiac prend la tête d’un grand soulèvement autochtone et force les Anglais à changer leurs politiques. Après la guerre de 1812, un groupe rejoint les Odawas vivant sur l’île Manitoulin. Même si leur chef accepte de la céder au gouvernement du Canada en 1862, plusieurs refusent d’obtempérer et Wikwemikong, à l’est de l’île, reste un territoire non cédé.

TRADITIONS CULINAIRES

Comme les Odawas vivent près des Grands Lacs, le poisson occupe une place importante dans leur alimentation. Une partie de la nation s’est rapidement sédentarisée le long des rives et a pratiqué l’agriculture, privilégiant la courge, le haricot et le maïs. Près des Ojibwés, les Odawas consomment tout comme eux beaucoup de riz sauvage et lui confèrent un caractère presque sacré.

PORTRAIT D’UN ODAWA

Rencontrez Martina Osawamick, de Wikwemikong, qui fait cuire pour nous un délicieux ragoût de venaison, sur un feu en plein air. 

Toutes les nations

Infolettre

Abonnez-vous à notre infolettre!

Abonnez-vous

LCR

Suivez
Pachamama sur

  • Twitter
  • Facebook
  • Youtube
  • Flickr

Émissions

Chasse au chevreuil et soupe de perdrix à Wikwemikong

Pendant qu’on traque le chevreuil, Medora nous fait une soupe de perdrix et l’on s’inspire de la sagesse des aînés.

Toutes les émissions

Livre

Découvrez le livre PACHAMAMA Cuisine des Premières Nations, un merveilleux voyage historique et culinaire. +

Où le trouver ?

FMC APTN TFO Sympatico - Vite une recette.ca LCR Éditions du Boréal Pimiento

Pachamama tous droits réservés © 2010-2014  |  Politique de confidentialité
Une réalisation web de Pimiento et Absolunet