D'excellents navigateurs

Nations

Les Micmacs

D'excellents navigateurs

Membres de la famille linguistique algonquienne, les Micmacs, à cause de leur situation géographique dans les maritimes et à l’embouchure du Saint-Laurent, furent les premiers à entrer en contact avec les Européens. Lorsqu’ils accueillent les nouveaux arrivants de France, les Micmacs établissent de bonnes relations avec eux. Ils portent déjà des croix au cou et ornent leurs embarcations de l’emblème du peuple basque. Étant donné leurs grandes qualités de navigateurs, ils deviennent pour les Français des guides de premier ordre.

Au XVIIIe siècle, lors des guerres opposant les Français aux Anglais, leur tête est mise à prix par les Britanniques. Même si un traité signé en 1752 leur permet de chasser et de pêcher en toute tranquillité, les Micmacs souffrent des conflits qui perdurent entre les Européens jusqu’en 1761. Un grand nombre d’entre eux trouvent la mort, même sans participer aux combats. La Proclamation royale de 1763 doit assurer aux Micmacs la souveraineté sur leur territoire. Cependant, les colons ne se privent pas de les expulser des meilleures terres. Au XXe siècle, le sort des Micmacs ne s’améliore pas. Leurs enfants sont souvent envoyés dans des pensionnats où plusieurs perdent contact avec leur culture et sont maltraités. De plus, le gouvernement canadien trouve que les Micmacs occupent trop de terres avec leur soixantaine de petites réserves. Il décide de les retirer des plus petites pour les concentrer dans les plus grandes.

Même si leur alliance avec les Français en a longtemps fait une nation ennemie des Anglais, les Micmacs sont aujourd’hui majoritairement anglophones. Seulement 40 % d’entre eux s’expriment encore dans leur langue ancestrale. Ils sont un peu plus de 5 000 au Québec, habitant majoritairement les réserves de Listuguj et Gesgapegiag en Gaspésie, sur une population totale de presque 20 000 personnes au Canada.

TRADITIONS CULINAIRES

L’été, les Micmacs pêchent le long des côtes, notamment le saumon, le capelan et l’esturgeon. Certains chassent même le phoque, le morse ou la baleine. L’hiver, ils consomment surtout du gibier, comme le castor, l’ours, le chevreuil et l’orignal, qu’ils appellent orignac, un mot corse signifiant «cheval des bois».

PORTRAIT D’UN MICMAC

Rencontrez le Micmac Harry Condo, l’un des fondateurs de la coopérative d’artisanat de Gesgapegiac, nous en apprend un peu plus sur la confection des paniers de frêne. 

Toutes les nations

Infolettre

Abonnez-vous à notre infolettre!

Abonnez-vous

LCR

Suivez
Pachamama sur

  • Twitter
  • Facebook
  • Youtube
  • Flickr

Émissions

Le mythique saumon enchante les Micmacs

Pendant que le majestueux saumon remonte les rapides de la rivière Cascapédia, les sympathiques aînées de Listuguj cuisinent pour leurs frères et sœurs.

Toutes les émissions

Livre

Découvrez le livre PACHAMAMA Cuisine des Premières Nations, un merveilleux voyage historique et culinaire. +

Où le trouver ?

FMC APTN TFO Sympatico - Vite une recette.ca LCR Éditions du Boréal Pimiento

Pachamama tous droits réservés © 2010-2014  |  Politique de confidentialité
Une réalisation web de Pimiento et Absolunet